Genève: nouvelle saga pour la gare souterraine

Soleil et nuagesGenève se prépare à un chantier de huit ans, plus coûteux que le CEVA. Dévoilé le 1 février 2022 à des élus du Canton et de la Ville de Genève, le projet révisé de la gare souterraine de Cornavin promet d’éviter des travaux à répétition, tout en permettant l’aménagement d’une nouvelle halte à Châtelaine. La retouche majeure porte sur la mise à deux voies, au lieu d’une seule, du tunnel qui raccordera l’aéroport à la future gare souterraine, dotée elle-même d’un quai central à deux voies. On revient donc au plan initial d’un tunnel bidirectionnel, abandonné pour cause d’économies. Pour comprendre cette volte-face, il faut rembobiner le film: tous les détails dans l’article de Marc Moulin, Tribune de Genève du 3 février 2022 (illustration: G. Laplace, Tribune de Genève).

Un regret: ni les propositions de la CITraP Genève et de la citrap-vaud de 2014 –une ligne nouvelle Lausanne–Genève aboutissant à Genève Cornavin et à Genève-Aéroport–, ni le projet de  boucle par l’aéroport –conçu par l’ingénieur Rodolphe Weibel et soutenu par l’association Genève Route et Rail (GeReR)– n’ont été cités dans cet article qui veut «rembobiner le film».

Pas encore membre de la citrap-vaud? Vous pouvez adhérer illico en cliquant ici! Bravo et merci pour votre demande d’adhésion. 

Genève–Lausanne: espoirs sur toute la ligne

Grand soleilAlors que le Conseil fédéral répond positivement au postulat du conseiller national Roger Nordmann demandant la conception d’un nouveau tracé entre Genève et Lausanne (selon 24 heures du 29 janvier 2022, sous la plume de Renaud Bournoud), Rodolphe Weibel, le chantre de la boucle ferroviaire par l’aéroport de Genève, annonce que Daniel Emery, éminent expert ferroviaire, a montré que ladite boucle s’insère parfaitement dans le système de l’horaire cadencé (selon la Tribune de Genève du 29 janvier, photo Pierre Abensur). Dans le même temps, La Nation du 28 février revient sur le trou de Tolochenaz et déplore la lenteur de la réalisation de la ligne nouvelle de la Métropole lémanique.

Pas encore membre de la citrap-vaud? Vous pouvez adhérer illico en cliquant ici! Bravo et merci pour votre demande d’adhésion. 

Troisième voie entre Morges et Denges: mise à l’enquête

Soleil et nuagesLes CFF mettent à l’enquête une troisième voie ferroviaire entre Morges et Denges. Cette nouvelle infrastructure permettra d’augmenter la capacité de la ligne Lausanne-Genève et de supprimer un goulet d’étranglement aux abords de la gare de Lausanne Triage. Les travaux devraient débuter en 2024 pour se terminer en 2031. Leur montant s’élève à 150 millions de francs. Le projet mis à l’enquête publique est consultable dans les communes de Morges, Denges et Lonay à partir du 10 janvier 2022 pour une durée de 30 jours. Plus de détails dans le communiqué de presse des CFF du 10 janvier 2022.

Comme le commente 24 heures du 11 janvier, «L’intention actuelle de la Confédération «de réaliser au coup par coup des bouts de troisième, puis de quatrième voie, dans le même secteur pour résoudre les problèmes de capacité n’est pas une solution fiable et durable», avaient prévenu les deux Cantons lémaniques. Vaud et Genève militent ainsi pour la construction d’une nouvelle ligne ferroviaire entre Lausanne et Genève à l’horizon 2050. Avec, comme première étape en 2035, la mise en service d’un tunnel à double voie entre Morges et Allaman…»

Ligne nouvelle Genève–Lausanne d’après le projet de la citrap-vaud (La Côte, 14 septembre 2018).

Pas encore membre de la citrap-vaud? Vous pouvez adhérer illico en cliquant ici! Bravo et merci pour votre demande d’adhésion. 

 

Tolochenaz: derniers remous du trou

Grand soleilLes suggestions pour la relance de l’aménagement d’une ligne nouvelle Genève–Lausanne se multiplient dans les médias suite à l’affaissement de Tolochenaz: 24 heures du 17 novembre 2021 évoque le postulat du conseiller national Roger Nordmann et la motion du conseiller aux Etats Olivier Français, tandis que l’émission de télévision Infrarouge de la RTS du même jour, intitulée «Infrastructures: la Suisse a-t-elle raté le train?», revient sur cette problématique avec Daniel Mange comme représentant de la citrap-vaud. De leur côté, Florence Bettschart-Narbel et consorts, tous députés PLR du Grand Conseil vaudois, ont déposé une résolution en faveur de la ligne nouvelle Genève–Lausanne. Enfin, le communiqué de presse CFF du 18 novembre fait le point sur les travaux en cours et annonce que les restrictions de trafic s’étendront jusqu’au 23 novembre au moins (photo CFF), travaux détaillés dans Le Temps du 20 novembre.

Le Matin Dimanche du 21 novembre revient sur l’événement en mettant en évidence l’absence totale de réactions du côté de la Suisse alémanique.

Dans 24 heures du 25 novembre, la crise du trou de Tolochenaz est décrite en détails, heure par heure, tandis que 24 heures du 26 novembre rapporte la réaction très passive du CEO des CFF, Vincent Ducrot, lors de la conférence de presse sur la stratégie 2030 de son entreprise. Le Temps du 27 novembre consacre enfin une grande interview au même Vincent Ducrot. La Conférence des transports de Suisse occidentale (CTSO) publie son communiqué le 14 décembre et soutient une ligne nouvelle entre Genève et Lausanne.

Panique à Tolochenaz, réveil de la Métropole lémanique

OrageGrand soleil«La stabilité de la mobilité au sein du deuxième pôle économique du pays dépend grandement d’une seule et fragile ligne de chemin de fer. Une situation unique en Suisse entre deux grandes villes et régions. Quand cet axe central est rompu, comme ces jours, la situation devient intenable pour des dizaines de milliers de pendulaires et de voyageurs, mais aussi pour la desserte logistique. Les Cantons de Genève et Vaud jugent indispensable la réalisation d’une nouvelle ligne ferroviaire à l’horizon 2050 avec, comme première étape en 2035, la mise en service d’un tunnel à double voie entre Morges et Allaman et une gare souterraine de Genève conçue pour garantir les capacités à long terme.» Suite dans le communiqué de presse de la Métropole lémanique du 11 novembre 2021.

L’affaissement de Tolochenaz a déclenché une multitude de réactions, en particulier la présence de la citrap-vaud et de son président Tobias Imobersteg dans l’émission Forum de la RTS du 11 novembre, des réactions du CEO des CFF Vincent Ducrot dans Le Temps et dans 24 heures du 12 novembre, du président du Conseil d’Etat genevois Serge Dal Busco dans 24 heures du même jour, des réactions de l’assemblée générale OuestRail du vendredi 12 novembre dans Le Temps du 13 novembre et 24 heures du même jour, des visions futuristes du transport ferroviaire dans Le Temps de ce même 13 novembre (dessin Chappatte dans Le Temps du 13 novembre).

Deux co-auteurs du rapport historique de la citrap-vaud  Ligne ferroviaire nouvelle entre Genève et Lausanne, Sara Ibanez et Eugen Brühwiler, ont témoigné dans l’émission Forum de la RTS du 13 novembre, tandis que Le Matin Dimanche  du 14 novembre reprenait le dossier sous l’angle des diverses variantes d’une ligne nouvelle. Enfin, l’émission TTC (Toutes taxes comprises) de la RTS du 15 novembre revient sur les rapports historiques de Bonnard & Gardel (1975) et de la citrap-vaud (2014). La palme de l’humour revient définitivement à Alexis Favre pour son billet intitulé sobrement «Le trou» dans Le Temps du même jour.

Genève–Lausanne: récit d’un chaos ferroviaire

Orage«La rupture de la ligne de mardi redonne du souffle à ceux qui réclament une ligne entièrement nouvelle entre Lausanne et Genève. Les sections vaudoise et genevoise de la Communauté d’intérêts pour les transports publics du canton de Vaud (Citrap) militent pour cette solution radicale. Elles ont publié en 2014 un rapport démontrant que l’aménagement partiel d’une troisième, voire d’une quatrième voie, ne suffira pas à absorber la demande. «Quatre voies sont nécessaires sur l’ensemble du trajet entre Genève et Lausanne», affirme ce document rédigé sous l’égide de l’ingénieur Daniel Mange. Celles-ci doivent être construites le plus possible «à l’écart du tracé historique» tout en desservant les hautes écoles». Suite de l’article dans Le Temps du 11 novembre 2021 sous la plume de Bernard Wuthrich, avec d’autres compléments rédigés par Vincent Bourquin, Raphaël Jotterand, Sami Zaïbi, Camille Pagella et Céline Zünd. Autres contributions dans 24 heures du même jour sous la plume de Renaud Bournoud, Maxime Schwarb et Florent Quiquerez, avec un dessin de Bénédicte. Interview de Nuria Gorrite, présidente du Conseil d’Etat vaudois, dans le téléjournal de 19h30 de RTS1 du 10 novembre. La CITraP Genève a également publié un communiqué de presse le 10 novembre.

La ligne CFF Genève–Lausanne coupée

OrageLe trafic ferroviaire sur la ligne Lausanne–Genève reste interrompu mercredi 10 novembre 2021 à Tolochenaz, suite à un affaissement en bordure de voie. Un service de bus de remplacement circule entre Morges et Allaman. Les CFF invitent leurs clients à renoncer aux voyages sur cette ligne. Plus de détails dans le communiqué de presse des CFF.

A 15h00, ce même jour, les mesures se poursuivent (photo 1). Le diamètre et la profondeur du puits situé au nord de la voie ferrée, dans le périmètre de l’Ecole de la construction de la Fédération vaudoise des entrepreneurs, mettent en évidence l’importance de la conduite souterraine percée sous la voie ferrée et les dangers potentiels d’un tel chantier (photo 2).

Petit rappel: depuis 2014 la citrap-vaud se bat pour l’étude d’une ligne nouvelle entre Genève et Lausanne, doublant la ligne historique. Tous les détails de notre action dans la rubrique Ligne nouvelle Genève–Lausanne.

Photo 1 (de l’auteur)

Photo 2 (de l’auteur)

Le nouveau tramway lausannois s’élance vers Villars-Sainte-Croix

Grand soleilLe tramway lausannois fait un pas de plus vers sa concrétisation: après le lancement officiel du chantier sur le tracé entre Lausanne et Renens, c’est au tour du prolongement de la ligne entre Renens-Gare et Villars-Sainte-Croix de faire l’actualité avec une étape de procédure majeure, la mise à l’enquête publique du projet. Avec ses six stations, le prolongement du tramway va offrir dans l’Ouest lausannois de nombreuses opportunités de modernisation des axes de circulation et de revalorisation des espaces publics et des quartiers, qui seront plus végétalisés et fortement arborisés. Tous les détails dans le communiqué de presse du 29 octobre 2021 et dans 24 heures du 30 octobre sous la plume de Chloé Din (image tl).

Métros lausannois m2 et m3: heureuses perspectives

Grand soleilLa transformation du métro m2 et la construction du m3 à Lausanne se concrétisent davantage. Le Conseil d’État demande au Grand Conseil 280 millions de francs, ainsi que l’octroi de 40 millions de francs de garantie d’emprunt aux Transports publics de la région lausannoise. Ces montants permettront de construire le nouveau tunnel du m2 entre la gare et le Flon et de poursuivre le projet. Un autre pas est franchi: un concept de design intérieur pour les futures stations du m3 a été dévoilé. Il donne une première impression de l’ambiance de la ligne. Tous les détails dans le communiqué de presse du 7 octobre 2021 (y compris la présentation du jour, une brochure d’information et l’exposé des motifs et projets de décret du 29 septembre 2021) et dans 24 heures du 8 octobre sous la plume de Claude Béda et Renaud Bournoud (image la-clique & co).

Une gare CFF pour les Hautes Ecoles?

Grand soleilLe 30 septembre 2021, à l’issue de son assemblée générale, l’Association de défense des intérêts de la région des Hautes Ecoles (ADIRHE) a organisé une conférence consacrée au projet d’une future gare desservant les Hautes Ecoles, sur une ligne ferroviaire CFF nouvelle de Morges à Lausanne. Après un rappel du renouveau du chemin de fer en Suisse (Croix fédérale de la mobilité, ligne nouvelle Genève–Lausanne) par Daniel Mange, membre de la citrap-vaud, Olivier de Watteville, ingénieur de BG Ingénieurs Conseils, a résumé le rapport historique de l’aménagement d’une gare CFF dans l’Ouest lausannois et de ses diverses variantes. Le vice-président EPFL pour les opérations, Matthias Gäumann, a ensuite décrit le futur du campus universitaire axé notamment sur le développement durable, la mobilité douce et les transports publics. Stéphane Masson, député au Grand Conseil vaudois, a finalement décrit son action politique en faveur de la gare Hautes Ecoles, qui s’est conclue par un engagement formel de l’Etat de Vaud pour l’étude de cet objet.