Ligne nouvelle Genève–Lausanne

LNGe-LsAvril 2014: un grand projet pour la Métropole lémanique

Les sections vaudoise et genevoise de la Communauté d’intérêts pour les transports publics (CITraP) étudient depuis 2008 le développement à long terme du réseau ferroviaire suisse. Après la parution des livres «Plan Rail 2050» (en 2010) et «Bahn-Plan 2050» (en 2012), la CITraP publie en avril 2014 son rapport «Ligne ferroviaire nouvelle entre Genève et Lausanne» et propose pour 2030 l’aménagement d’une artère ferroviaire à grande capacité, sans station intermédiaire entre les deux métropoles.

A la question «des portions de ligne à 3 voies, voire à 4 voies, sont-elles suffisantes pour satisfaire le trafic prévu à long terme par les CFF?» la réponse est catégoriquement «non»: le rapport démontre que 4 voies sont nécessaires sur l’ensemble du trajet de Genève à Lausanne. Des arguments économiques (coûts d’investissement et coûts d’entretien) et techniques (fiabilité d’une ligne actuellement sans aucun trajet de substitution, séparation des trafics rapides et lents) montrent ensuite que l’aménagement d’une ligne nouvelle –sans gare intermédiaire et séparée de la ligne historique– est de loin préférable à l’élargissement à 3 ou 4 voies de la ligne existante.

Pour un investissement compris entre 3,8 et 4,4 milliards de francs, les auteurs du rapport proposent la construction d’une ligne à double voie entièrement nouvelle, reliant Genève à Renens sans station intermédiaire et à l’écart du tracé historique.

Les auteurs plaident enfin pour l’insertion de la planification de la ligne nouvelle Genève–Lausanne dans la 1ère étape de FAIF (financement et aménagement de l’infrastructure ferroviaire), l’aménagement lui-même étant remis à la 2e étape de FAIF (2025-2030), après la transformation des gares de Genève, Renens et Lausanne. Les 16 millions de francs de l’actuelle convention Genève-Vaud dévolus à l’étude des tronçons Gland–Rolle et Allaman–Renens (projet de 3e voie) pourraient englober l’analyse de la ligne nouvelle.

Novembre 2016: rapport d’étape et trois nouveautés de taille

Dans un nouveau rapport «Ligne ferroviaire nouvelle Genève–Lausanne: rapport d’étape 2016» paru en novembre 2016, la CITraP a affiné son concept de ligne nouvelle en introduisant les 3 nouveautés essentielles suivantes:

  • L’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) et la CITraP ont chacune proposé un nouvel axe ferroviaire reliant, par le plus court chemin, Morges à Lausanne, et desservant au passage le complexe des Hautes écoles (EPFL et Université de Lausanne), la deuxième ville du canton en terme de population (33’000 résidents en 2017).
  • Pour des questions de capacité, la ligne nouvelle Genève–Lausanne doit accueillir non seulement les convois InterCity, mais également les InterRegio; il en découle l’obligation de prévoir des raccordements de la ligne nouvelle avec les gares historiques de Nyon et de Morges.
  • Cette obligation de desservir Nyon et Morges ouvre la voie à une réalisation par étapes de l’axe complet: d’abord Nyon–Morges, puis Morges-Hautes écoles—Lausanne, et enfin Genève–Nyon. Ce découpage entraîne une planification financière compatible avec les étapes d’aménagement de FAIF.

(Source: journal La Côte, 14 septembre 2018).

Contacts pour le canton de Vaud

  • Daniel Mange, membre du comité citrap-vaud, daniel.mange[at]epfl.ch, tél. +41 21 693 26 39
  • Eric Loutan, président citrap-vaud, eric.loutan[at]citrap-vaud.ch, tél. +41 79 590 35 48

Contacts pour le canton de Genève

  • Michel Ducret, président CITraP GE, madarchi[at]bluewin.ch, tél. +41 79 679 85 53
  • Pierre Hofmann, vice-président CITraP GE, pierre.r.hofmann[at]gmail.com, tél. +41 76 321 91 18

Médias

Rapports, documents

  • Perspective générale pour la région vaudoise, extrait du programme de travail (p. 10 et 11) entre le Canton de Vaud et les CFF, Yverdon-les-Bains, 1 novembre 2018.
  • D. Mange, F. Bründler, P. Hofmann, E. Loutan, C. Pfund, Etape d’aménagement de l’infrastructure ferroviaire 2030/2035: réponse à la consultation. Prise de position des citrap-vaud et CITraP Genève, Lausanne et Genève, 11 janvier 2018.
  • Enquête publique, Accessibilité terrestre de l’aéroport, Prise de position de la CITraP Genève, 3 janvier 2018 (liaison directe de la gare Genève-Aéroport avec la ligne nouvelle Genève–Lausanne).
  • D. Mange, F. Bründler, M. Chatelan, D. Pantet, «Ligne ferroviaire nouvelle Genève–Lausanne: rapport d’étape 2016». citrap-vaud, Lausanne, CITraP Genève, Genève, novembre 2016.
  • D. Mange, M. Béguelin, E. Brühwiler, F. Bründler, M. Chatelan, P. Hofmann, S. Ibáñez, E. Loutan, B. Schereschewsky, Y. Trottet, R. Weibel, «Ligne ferroviaire nouvelle entre Genève et Lausanne», citrap-vaud.ch et CITraP Genève, Lausanne, avril 2014.

Conférence de presse

Conférences

Articles essentiels

4 réflexions au sujet de « Ligne nouvelle Genève–Lausanne »

  1. Voilà un projet “ébouriffant” comme je l’ai déjà dit, mais surtout capable de créer le débat. J’aime ces projets qui feront l’avenir. Laissez-vous prendre dans cette utopie (est-ce un nouvel appel du 18 juin ? ) et faites en sorte qu’elle se réalise !!!!

    Je me réjouis de suivre les développements à venir.

    Anne-Marie Depoisier

    • Un grand merci pour votre soutien enthousiaste. Nous ferons tout pour réaliser cette utopie, et nous vous tiendrons bien entendu au courant des développements ultérieurs.

      Daniel Mange

  2. Serait-il envisageable que ce projet soit compatible avec une autre vieille idée consistant à créer une liaison directe avec Berne depuis Lausanne via la Broye et un tunnel ou une gare excentrée (Idem TGV Mâcon) vers Épalinges ?

    • Selon notre ouvrage «Plan Rail 2050», la ligne nouvelle Genève–Lausanne doit être poursuivie par une ligne nouvelle Lausanne–Fribourg–Berne comportant un long tunnel de Lausanne à Palézieux. Par contre, le concept de gare excentrée, totalement incompatible avec le système de l’horaire cadencé suisse (basé sur un nombre restreint de noeuds où se jouent toutes les correspondances), est exclu de notre projet.

Laisser un commentaire