Epalinges: nouvelle ligne de bus?

Grand soleil«Il se dessine du nouveau à l’ouest d’Épalinges. Les futurs développements de la commune se situent en effet de ce côté-là de la route de Berne. Raison pour laquelle il apparaît désormais important aux yeux des autorités d’y renforcer la couverture en transports publics, «afin de proposer aux futurs habitants une alternative à la voiture individuelle». Dans un rapport au Conseil communal, la Municipalité dévoile le tracé d’une prochaine ligne de bus TL.» Suite de l’article dans 24 heures du 27 avril 2019 sous la plume de Laurent Antonoff (graphique 24 heures).


Réforme du trafic régional: les bus aux cantons?

Soleil et nuagesLa réforme du transport régional de voyageurs, mise en consultation par le Conseil fédéral, pose des jalons essentiels pour la mobilité de demain. Mais le train reste le moyen de transport le plus propre: il serait dommageable que la réforme engagée se traduise par un remplacement de prestations ferroviaires par des services de bus. Analyse du projet par Bernard Wuthrich dans l’éditorial et en page intérieure du quotidien le Temps du 18 avril 2019. Lire aussi le communiqué du Conseil fédéral du 17 avril.

Coup de sac dans les Transports publics du Chablais

Soleil et nuages«L’introduction le 9 décembre de MobiChablais, avec 11 nouvelles lignes urbaines et d’agglomération, change de manière importante les habitudes des utilisateurs des bus des Transports publics du Chablais (TPC). L’offre est très largement augmentée en ville d’Aigle et sur le périmètre d’agglomération.» 24 heures du 22 décembre 2018, sous la plume de Christophe Boillat, commente les critiques et les louanges des usagers (photo Philippe Maeder).

 

 

Bus grandes lignes: un défi pour le chemin de fer

Soleil et nuagesL’Office fédéral des transports a octroyé à l’entreprise Domo Swiss Express SA la concession lui permettant d’exploiter trois lignes nationales du transport par bus sur de longues distances. L’entreprise a fourni toutes les confirmations et attestations prouvant que les dispositions légales étaient respectées. Un nouveau défi attend donc les chemins de fer dont le confort et la vitesse devront clairement les démarquer du transport routier. Tous les détails dans le communiqué de presse du 19 février 2018, ainsi que dans Le Temps (20 et 21 février), 24 heures du 20 février et Le Matin Dimanche du 25 février (dessin de Chappatte, Le Temps du 20 février).

CarPostal détourne 78 millions (suite)

Orage«Il a même été question d’un rattachement aux CFF». Cette suggestion forte, lue dans Le Matin Dimanche du 11 février 2018, répond à l’éditorial de Bernard Wuthrich, dans Le Temps du 10 février, qui souligne l’insoluble conflit d’intérêts de CarPostal, qui doit verser un dividende à la Confédération avec l’impossibilité, comme tout transport public, de dégager un bénéfice. Tous les rebondissements de cette saga, depuis le communiqué de presse de l’Office fédéral des transports du 6 février jusqu’aux récentes éditions de 24 heures (8, 9 et 10 février) et du Temps (8 et 9 février) (graphique tiré de 24 heures du 8 février 2018).

CarPostal détourne 78 millions

OrageL’Office fédéral des transports (OFT) a révélé le 6 février 2018 que CarPostal, filiale de La Poste, avait empoché indûment 78 millions de subventions publiques entre 2007 et 2015. Les quotidiens Le Temps et 24 heures du 7 février détaillent ce dossier, alors que l’édition du 3 septembre 2017 du journal Le Matin Dimanche décrivait déjà les démêlés du Jura et du Valais avec CarPostal. Les cars postaux ne pourraient-ils pas rejoindre le fleuron des transports publics suisses, nos CFF? (dessin de Bénédicte, tiré de 24 heures).

«Bus longue distance: concertation plutôt que précipitation»

Soleil et nuages«Faut-il autoriser des bus longue distance en Suisse? L’Office fédéral des transports a répondu qu’il n’y était pas opposé, à condition que les compagnies proposant ce type d’offres, destinées en premier lieu à des jeunes et des familles disposant de moyens limités et n’ayant pas peur de temps de parcours interminables, respectent certaines règles. Elles doivent obtenir une concession, s’intégrer dans le système en reconnaissant les abonnements généraux et demi-tarif, respecter le droit du travail et les temps de repos des chauffeurs, etc. L’approche est prudente, mais inévitable, car ce débat s’inscrit dans un contexte largement teinté d’idéologie.» Suite de l’éditorial et article de fond dans Le Temps du 9 novembre 2017 sous la plume de Bernard Wuthrich (photo Gaëtan Bally/Keystone).

Bus ou train? le Conseil fédéral tranche

Soleil et nuagesLe Conseil fédéral entend développer le transport national et international par autocar dans les limites du cadre juridique actuel; les lignes nationales d’autocars longues distances seront intégrées au système de transports publics existant. Le Conseil fédéral souhaite que sur les lignes internationales, des exigences minimales soient définies pour les arrêts. C’est ce qui ressort d’un rapport adopté le 18 octobre 2017, en exécution des interventions parlementaires déposées sur ce sujet. Tous les détails dans le communiqué de presse du 19 octobre 2017, ainsi que dans 24 heures et Le Temps du 20 octobre; dans son édition du 23 octobre 2017, 24 heures revient sur les intentions de l’autocariste Domo Reisen (photo DR).

Bus et trains sans conducteur: le cas suisse

Grand soleilLa mobilité sans conducteur fait son chemin dans les villes de Suisse. Dès la mi-août, les Transports publics fribourgeois mettront en service un bus sans conducteur, un modèle qui s’inspire de l’expérience menée à Sion par CarPostal. Côté rail, la compagnie de Suisse orientale Südostbahn se prépare à lancer une expérience pilote de train automatique sur un tronçon de 20 kilomètres dans le Toggenburg saint-gallois. Un autre projet de conduite autonome existe dans le canton de Bâle-Campagne, entre Liestal et Waldenburg, et une solution similaire est à l’étude pour la nouvelle liaison ferroviaire souterraine entre Neuchâtel et La Chaux-de-Fonds. Tous les détails dans Le Temps du 23 juin 2017, sous la plume de Bernard Wuthrich (photo CarPostal).

 

Le bus «low cost» à l’assaut du rail

Soleil et nuages«Pourra-t-on bientôt relier Berne à Zurich voire Lausanne à Genève en bus low cost? En début d’année, cela paraissait exclu. Dans sa réponse à une motion de Philippe Nantermod (PLR/VS), qui milite pour la libéralisation du transport de voyageurs en autocar en Suisse, le Conseil fédéral développait un argumentaire protectionniste en faveur des CFF. Il citait «les sommes considérables» investies dans «l’aménagement des infrastructures ferroviaires» et rappelait que les CFF sont au bénéfice d’une concession qui «confère aux grandes lignes une certaine protection contre la concurrence»». Selon l’article de Bernard Wuthrich, paru dans Le Temps du 19 octobre 2016, complété par l’éditorial de Sylvain Besson, dans la même édition.
LT19.10.16