Direttissima Morges–Lausanne et gare Hautes Ecoles: le Conseil d’Etat interpellé

Grand soleilLe député Stéphane Masson (PLR), appuyé par 44 co-signataires, a déposé le 12 février 2019 une interpellation adressée au Conseil d’Etat et intitulée «Nouvelle ligne CFF entre Lausanne et Genève, pourquoi ne pas étudier l’aménagement d’une gare souterraine au niveau de l’EPFL?». Rappelant le récent accord liant l’Etat de Vaud aux CFF, la «Perspective générale pour la région vaudoise», le député a souligné l’intérêt pour l’Ouest lausannois et pour les 33’000 résidents de l’EPFL et de l’UNIL d’étudier une desserte ferroviaire CFF entre Morges et Lausanne avec une nouvelle gare dans le périmètre des Hautes Ecoles. Vous trouverez ici le plaidoyer incisif de Stéphane Masson (de 8’17” à 11’35”), ainsi qu’un bref compte-rendu dans 24 heures du 14 février.

Esquisse d’une direttissima Morges-Hautes Ecoles-Lausanne selon la citrap-vaud, tirée de son rapport «Ligne ferroviaire nouvelle Genève–Lausanne: rapport d’étape 2016».

Le tramway t1 reliera Lausanne à Villars-Ste-Croix

Grand soleilDans le cadre des études de la deuxième étape du tramway t1 (Renens–Villars-Sainte-Croix), le canton, les communes de Bussigny, Crissier, Ecublens et Villars-Sainte-Croix ont confirmé le terminus de cette future infrastructure de transport à la Croix-du-Péage (Villars-Sainte-Croix). En parfaite cohérence avec les objectifs du Projet d’agglomération Lausanne-Morges (PALM), le développement de ce nouveau transport public s’inscrit dans les densifications prévues le long de cet axe. Plus de détails dans le communiqué de presse du 6 février 2019.

Le percement du tunnel du LEB démarre

Grand soleilAprès quinze mois de travaux préparatoires, deux puissantes haveuses, machines utilisées pour les travaux souterrains, sont entrées en action le 28 janvier 2019 pour creuser le futur tunnel du Lausanne–Echallens–Bercher (LEB) qui reliera Chauderon à Union-Prilly dès 2020. Plus de détails dans le communiqué de presse du 28 janvier et dans 24 heures du 31 janvier (photo Maurice Schobinger).

Lausanne et région: le bus rapide piétine

Soleil et nuagesFace aux résistances, le chantier de la ligne de bus à haut niveau de service (BHNS) entre Crissier et Lutry commencera au plus tôt à l’ouest fin 2019 et à l’est en 2020. Enquête complète par Chloé Banerjee-Din dans 24 heures du 26 janvier 2019 (graphisme P. FY, source tl, photo Jean-Bernard Sieber).

Le Lausanne-Echallens-Bercher poursuit sa mue

Grand soleilDès le 11 août 2019, le LEB circulera à la cadence du quart d’heure entre Lausanne et Echallens. Outre la poursuite du percement du tunnel sous l’avenue d’Echallens, à Lausanne, la transformation de nombreuses gares se poursuivra jusqu’en 2022. Tous les détails dans 24 heures du 28 décembre 2018 (graphique P. FY).

 

Petit feu vert pour le tramway Flon–Renens

Soleil et nuagesLes Transports publics de la région lausannoise (TL) ont obtenu du Tribunal fédéral l’autorisation de lancer le chantier du tramway t1 du côté de la gare de Renens. Pour le reste du tracé jusqu’au Flon, la décision se fait encore attendre. Analyse et commentaires dans 24 heures du 27 juin 2018 sous la plume de Cindy Mendicino (graphique 24 heures/P. FY, source TL).

Renens–Lausanne: feu vert pour le tram, orange pour la rampe Vigie–Gonin

Soleil et nuagesLe Conseil d’Etat vaudois et les communes de l’Ouest lausannois ont pris connaissance le 8 février 2018 de l’arrêt du Tribunal administratif fédéral qui rejette la majorité des griefs des recourants contre le permis de construire de la première étape du tram Renens–Le Flon délivré par l’Office fédéral des transports (OFT) en mars 2016. La Cour estime cependant que l’OFT n’avait pas la compétence de se prononcer sur une des mesures d’accompagnement: la rampe Vigie-Gonin. Tous les détails de ce dossier complexe dans le communiqué de presse du 8 février, ainsi que dans l’éditorial, sous la plume de Cindy Mendicino, et dans la rubrique Mobilité, co-signée par Renaud Bournoud, de 24 heures du 9 février 2018 (dessin de Bénédicte, dans 24 heures du même jour).

Ouest lausannois: cadence dopée pour le métro m1

Grand soleilDès le changement d’horaire du 10 décembre 2017, l’offre (exprimée en kilomètres) du métro m1 va augmenter de 30%, profitant non seulement aux Hautes écoles mais aussi à tout l’Ouest lausannois. Le m1 s’adapte aux nouvelles habitudes de mobilité et gagne en attractivité. En période universitaire, aux heures de pointe du matin et du soir de semaine, il y aura davantage de trains grâce à une cadence à 5’ étendue de 7h jusqu’à 10h (contre 7h15 à 8h45 aujourd’hui); la cadence aux heures creuses sera également renforcée, à 7.5’ (contre 10’ aujourd’hui). Tous les détails dans le communiqué de presse du 10 octobre 2017, ainsi que dans 24 heures du 11 octobre, sous la plume de Romaric Haddou (photo tl).

LEB : feu vert du Conseil d’Etat au tunnel sous l’avenue d’Echallens à Lausanne et à la transformation du LEB en véritable RER

Grand soleilDans un récent communiqué de presse, le Conseil d’Etat a annoncé sa prochaine demande au Grand Conseil d’un crédit d’environ 46 millions de francs pour la construction d’un tunnel à l’ouest de Lausanne sur la ligne du LEB (Lausanne – Echallens – Bercher), avec l’espoir de début des travaux en 2018 et de mise en service en 2020.
Le nouveau tracé ferroviaire de 1,7 km de long permettra
・ de résoudre les problèmes de sécurité posés par la cohabitation entre piétons, automobilistes et trains sur cet important axe urbain;
・ de faire du LEB un véritable RER.

Pour plus de détails, voir l’article écrit par Sylvain Muller dans 24 heures des 11 et 12 mars 2017 ou une présentation officielle  du projet.

Un quart de siècle pour le métro m1

Grand soleilLes tl ont célébré le 24 septembre 2016 le quart de siècle du métro de l’ouest, le TSOL ou m1. A l’époque, on fantasmait un m1 avec une cadence maximum à 7 minutes 30, et une fréquentation maximum de 8 à 9 millions de passagers annuels. La cadence est passée à 5 minutes, on ne pourra pas faire mieux. En revanche, le chiffre de 12,9 millions de passagers pourra gonfler de 25% (soit 3 millions supplémentaires), en doublant les rames qui ne le sont pas encore. «Mais en 2018, on aura fait tout ce qu’on peut faire avec le m1», annonce Christophe Jemelin, responsable du développement de l’offre aux tl. Il faudra alors miser sur les bus en attendant 2030, soit la fin de vie des rames et un nouveau projet pour le m1, sur lequel planchent déjà les tl. Plus de détails dans 24 heures du 26 septembre 2016 sous la plume de Cécile Collet (photo Jean-François Luy).

24h26.9.16