Le pamphlet de Matthias Finger: «Que faire des CFF?»

Soleil et nuagesMatthias Finger, professeur EPFL, est un fin connaisseur des entreprises publiques suisses. Il publie en mai prochain, aux éditions NZZ Libro, un pamphlet sur l’avenir des CFF et de l’Office fédéral des transports, sur lequel il porte un regard à la fois constructif et très critique. Bernard Wuthrich l’a interviewé dans Le Temps du 17 avril 2019 (photo Eddy Mottaz, Le Temps).

 

Observatoire de la grande vitessse européenne: édition 2018

Grand soleilCarlo Pfund, ancien directeur de l’Union des transports publics (UTP) de 1969 à 2000, s’est voué à dresser méticuleusement tous les développements de la grande vitesse ferroviaire en Europe, des Pyrénées à l’Oural: lignes en exploitation, en travaux ou planifiées. Dès le printemps 2016, la citrap-vaud a le privilège d’accueillir sur son site Internet les travaux de Carlo Pfund, dans une rubrique bilingue intitulée Grande vitesse ferroviaire / Eisenbahnhochgeschwindigkeit.

Aujourd’hui la citrap-vaud vous présente l’édition 2018 de son Observatoire, en français et en allemand: commentaire et liste exhaustive des lignes européennes au 1 mai 2018 (Kommentare und Liste auf deutsch). Carlo Pfund vous suggère également de consulter les pages Internet de l’UIC (Union internationale des chemins de fer) consacrées à la grande vitesse dans le monde entier, avec cartes détaillées (voir exemple ci-dessous) et listes résumées des lignes impliquées.

Nous remercions Carlo Pfund pour son engagement et espérons que sa vision retiendra l’attention des décideurs politiques qui façonnent l’aménagement ferroviaire de notre pays.

Les grands projets ferroviaires en bonne voie

Grand soleilL’Office fédéral des transports a publié en date du 13 avril 2018 le rapport annuel sur les programmes d’aménagement ferroviaire. Il s’agit notamment de la Nouvelle ligne ferroviaire à travers les Alpes (NLFA), des raccordements aux lignes à grande vitesse, du développement de l’infrastructure ferroviaire (ZEB), du corridor 4 mètres et de l’étape d’aménagement 2025. Le rapport rend également compte de l’état d’avancement des mesures anti-bruit, de l’introduction du système de contrôle de la marche des trains ETCS et des projets régionaux DML Zurich, CEVA Genève et tunnel de l’Albula II. Commentaires complémentaires dans le communiqué de presse du 13 avril et dans Le Matin du même jour.

La libéralisation du rail gagne la Suisse

Soleil et nuagesSous la plume de Pierre Veya, 24 heures du 7 avril 2018 consacre un dossier à la libéralisation du rail, explosive en France et timide en Suisse. Le professeur EPFL Matthias Finger s’exprime en termes relativement durs sur la politique suisse en la matière: «En Suisse, la gouvernance fonctionne très mal. Il faut mieux définir les responsabilités des compagnies de chemin de fer, les attributions de l’Office fédéral des transports et du régulateur. J’estime que la propriété des CFF devrait être transférée au Département des finances pour plus de clarté.»

Signature de la «Perspective générale Genève»: une feuille de route pour l’avenir du rail

Grand soleilLe directeur général des CFF Andreas Meyer, ainsi que les conseillers d’Etat genevois Luc Barthassat et Antonio Hodgers, ont signé le 14 novembre 2017 la «Perspective générale Genève». Ce document, sous forme de feuille de route, décrit les grandes lignes du développement de la mobilité ferroviaire jusqu’en 2035, ainsi que les réponses apportées en termes d’offre voyageurs notamment. Trois périmètres sont identifiés comme prioritaires: «Genève Rive droite», avec l’extension souterraine de la gare de Genève Cornavin, «Genève Rive gauche», autour du tracé du CEVA (Cornavin–Eaux-Vives–Annemasse), et enfin le «Corridor Genève-Zimeysa-La Plaine». Tous les détails dans le communiqué de presse du 14 novembre 2017.

Bogies romands: l’union fait la force

Grand soleilLes entreprises de transports publics romandes LEB, MBC, MOB, MVR, NStCM, tl, TPF, TRAVYS s’unissent pour créer un centre de maintenance de leurs bogies. Le canton de Vaud soutient cette démarche, synonyme de maintien d’un savoir-faire industriel et de nouveaux postes de travail; cette infrastructure sera construite à Villeneuve et, selon le planning, opérationnelle au printemps 2019.

La citrap-vaud, qui a toujours défendu le regroupement des forces au sein des compagnies privées de chemin de fer, se félicite de cette initiative. Vous trouverez plus de détails dans le communiqué de presse et la présentation du 4 mai 2017, ainsi que dans l’article de 24 heures du 5 mai, sous la plume de Claude Béda.

 

PRODES 2030/2035: ombres et lumières

Soleil et nuagesDans une conférence de presse du 28 avril 2017, l’Office fédéral des transports (OFT) a dévoilé quelques traits de la prochaine étape d’aménagement du Programme de développement stratégique de l’infrastructure ferroviaire (PRODES): celle-ci se décline en deux variantes, l’une couvrant la période 2025-2030 (7 milliards), l’autre la période 2025-2035 (12 milliards). En sus d’une série de chantiers répartis dans toute la Suisse (800 millions pour les chemins de fer privés, 800 millions pour l’aménagement des gares et 200 millions pour la planification), les grands projets ont été évalués financièrement et sous l’angle du rapport coût/utilité, du moins rentable (gare de passage à Lucerne, 3,3 milliards) au plus rentable (ligne nouvelle Aarau–Zurich, 6,6 milliards) en passant par la ligne souterraine de Bâle (3,1 milliards), le doublement du tunnel de base du Lötschberg (0,9 milliard), le tunnel du Zimmerberg II entre Thalwil et Zoug (2,1 milliards), la gare de Zurich-Stadelhofen (1,1 milliard) et la ligne directe de Neuchâtel à La Chaux-de-Fonds (0,7 milliard).

Un constat inquiétant pour la Métropole lémanique: il n’y a aucune trace d’une ligne nouvelle entre Genève et Lausanne, et les éventuels aménagements de la ligne historique ne sont ni concrétisés, ni chiffrés.

Vous trouverez sur ce site le communiqué de presse de la Métropole lémanique, qui souligne le manque d’ambition de la Confédération en faveur du 2e pôle économique de la Suisse, ainsi que la page spéciale de 24 heures du 29 avril 2017.

Observatoire de la grande vitessse européenne: édition 2017

Grand soleilCarlo Pfund, ancien directeur de l’Union des transports publics (UTP) de 1969 à 2000, s’est voué à dresser méticuleusement tous les développements de la grande vitesse ferroviaire en Europe, des Pyrénées à l’Oural: lignes en exploitation, en travaux ou planifiées. Dès le printemps 2016, la citrap-vaud a le privilège d’accueillir sur son site Internet les travaux de Carlo Pfund, dans une rubrique bilingue intitulée Grande vitesse ferroviaire / Eisenbahnhochgeschwindigkeit.

Aujourd’hui la citrap-vaud vous présente l’édition 2017 de son Observatoire, en français et en allemand: commentaire et liste exhaustive des lignes européennes au 1 mai 2017 (Kommentare und Liste auf deutsch). Carlo Pfund vous suggère également de consulter les pages Internet de l’UIC (Union internationale des chemins de fer) consacrées à la grande vitesse dans le monde entier, avec cartes détaillées (voir exemple ci-dessous) et listes résumées des lignes impliquées.

Nous remercions Carlo Pfund pour son engagement et espérons que sa vision retiendra l’attention des décideurs politiques qui façonnent l’aménagement ferroviaire de notre pays.

Concession pour les grandes lignes: rififi ferroviaire

Soleil et nuagesLes CFF sont sous pression. Depuis près de quinze ans, l’entreprise bénéficie du monopole sur les lignes à longue distance les plus rentables du pays (voir carte). Mais une grande partie de cette concession expire en décembre 2017 et son renouvellement aiguise les appétits. Alors que les CFF et le Südostbahn (SOB) continuent de négocier (ligne de faîte du Gothard), la situation est tendue avec le Berne-Lötschberg-Simplon (BLS) qui cherche à exploiter des lignes depuis les aéroports de Zurich et Bâle jusqu’à l’Oberland bernois, ainsi que le tronçon de Bene au Locle via Neuchâtel. Dossier complet dans 24 heures du 28 février 2017, sous la plume de Caroline Zuercher (carte selon la SontagsZeitung du 26 février 2017).

En vert: lignes rentables; en rouge: ligne non rentables.

 

Stratégie CFF et stratégie du Conseil fédéral: le grand écart

Soleil et nuagesAvec leur stratégie 2020, les CFF posent les jalons de la mobilité de demain. Ils entendent rester une entreprise de chemin de fer forte, tout en étant un prestataire de mobilité digne de confiance et un partenaire de développement attrayant. En associant les atouts du chemin de fer au potentiel des nouvelles technologies, ils mettent au point des innovations telles que les nouveaux services de voyage de porte-à-porte, les gares numériques, les wagons intelligents et le renforcement des capacités grâce aux progrès réalisés dans la technique ferroviaire. Plus de détails dans le communiqué de presse CFF du 13 février 2017 et dans 24 heures du 14 février, sous la plume de Caroline Zuercher.

Dommage que la stratégie ferroviaire du Conseil fédéral, basée sur les trois étapes Cadence (horaire cadencé intégral), puis Fréquence (augmentation de la fréquence de desserte des gares et adaptation de la capacité des lignes), et enfin Vitesse (augmentation de la vitesse sur certains axes), soit totalement absente de la stratégie des CFF… LNGe-Ls