Réforme du trafic régional: les bus aux cantons?

Soleil et nuagesLa réforme du transport régional de voyageurs, mise en consultation par le Conseil fédéral, pose des jalons essentiels pour la mobilité de demain. Mais le train reste le moyen de transport le plus propre: il serait dommageable que la réforme engagée se traduise par un remplacement de prestations ferroviaires par des services de bus. Analyse du projet par Bernard Wuthrich dans l’éditorial et en page intérieure du quotidien le Temps du 18 avril 2019. Lire aussi le communiqué du Conseil fédéral du 17 avril.

Le pamphlet de Matthias Finger: «Que faire des CFF?»

Soleil et nuagesMatthias Finger, professeur EPFL, est un fin connaisseur des entreprises publiques suisses. Il publie en mai prochain, aux éditions NZZ Libro, un pamphlet sur l’avenir des CFF et de l’Office fédéral des transports, sur lequel il porte un regard à la fois constructif et très critique. Bernard Wuthrich l’a interviewé dans Le Temps du 17 avril 2019 (photo Eddy Mottaz, Le Temps). De son côté, Yvette Jaggi analyse les propositions de Matthias Finger dans un article paru dans l’édition du 20 mai 2019 de Domaine Public.

Bernard Guillelmon, patron du Berne-Lötschberg-Simplon

Grand soleil«Après les télécoms, la Poste et l’électricité, le vent de libéralisme souffle sur les chemins de fer. Et c’est un Vaudois, à la tête d’une des plus grandes entreprises bernoises, qui pourrait bénéficier d’une rupture du monopole dont jouissent les CFF. Bernard Guillelmon, 52 ans, est depuis plus de dix ans le directeur général de la compagnie BLS (pour Berne-Lötschberg- Simplon) qui, avec ses 3000 employés, est le numéro deux du transport ferroviaire en Suisse. Il est en attente d’une décision juridique qui lui octroierait l’exploitation de deux lignes RER aujourd’hui en mains de l’ancienne régie fédérale.» Suite et fin du portrait dans 24 heures du 25 mars 2019 sous la plume d’Alain Détraz (photo Odile Meylan).

Recours des CFF contre la concession accordée au BLS

Soleil et nuagesEn attribuant au BLS la concession pour le trafic à longue distance sur les deux lignes Berne–Bienne et Berne–Olten, l’Office fédéral des transports a entériné un changement de paradigme. Les bases juridiques et les conséquences pour les usagers, les cantons et la Confédération ne sont pas claires. Afin de garantir la sécurité juridique, les CFF ont déposé un recours auprès du Tribunal administratif fédéral. Plus de détails dans le communiqué de presse des CFF du 16 juillet 2018, ainsi que dans l’éditorial et l’article de 24 heures du 17 juillet.

Trains suisses pour Belfort bloqués à la gare TGV Belfort-Montbéliard

OrageLa réhabilitation de la ligne transfrontalière Bienne–Porrentruy–Belfort est très attendue dans l’arc jurassien. Dès le mois de décembre 2018, une dizaine de trains suisses (RegioExpress) transporteront directement les voyageurs à la gare TGV de Belfort-Montbéliard. Récemment, le ton est monté côté français, car les rames helvétiques n’ont pas été homologuées, pour des raisons financières, pour rejoindre la ville de Belfort, à six kilomètres de la gare TGV. Détails de ce blocage dans Le Matin Dimanche du 27 mai 2018.

Les trois acteurs majeurs de la bataille du rail

Soleil et nuagesSous la plume de Florent Quiquerez, Le Matin Dimanche du 20 mai 2018 publie un portrait croisé des trois acteurs majeurs du rail suisse. «C’est un dossier explosif, devenu thriller économique. Ses principaux acteurs se connaissent très bien mais ne s’apprécient pas. Il y a Andreas Meyer, patron des CFF et garant du monopole. Puis Bernard Guillelmon, directeur de BLS, le numéro 2 du marché qui veut sa part du gâteau. Enfin Peter Füglistaler, directeur de l’Office fédéral des transports (OFT): le juge qui doit trancher mais qui manquerait d’impartialité dans l’affaire. L’enjeu porte sur l’exploitation du trafic grandes lignes, dont les concessions échoient à fin 2019.»

Bienne–Berne–Olten: trafic grandes lignes concédé au BLS?

Soleil et nuagesAprès un examen détaillé des demandes des CFF et du BLS (Berne–Lötschberg–Simplon), l’Office fédéral des transports (OFT) prévoit d’octroyer aux CFF la majeure partie de la concession du trafic grandes lignes pour une période de dix ans dès la fin de 2019. La concession des lignes Berne–Bienne et Berne–Berthoud–Olten devrait être octroyée à la compagnie BLS aux dépens des CFF, qui ne sont pas convaincus des bienfaits de cette proposition. Plus de détails dans les communiqués de presse de l’OFT et des CFF du 19 avril 2018, ainsi que dans les quotidiens Le Temps et 24 heures du 20 avril (carte: Le Temps).

Selon Le Temps et 24 heures du 5 mai 2018, les CFF menacent d’un recours auprès du Tribunal administratif fédéral si l’OFT maintient sa proposition. En date du 12 juin 2018, l’OFT confirme sa décision, tandis que les CFF, dans un communiqué du même jour, rappellent leurs réserves. Dans Le Temps du 22 juin, c’est au tour du directeur du BLS, Bernard Guillelmon, de démontrer que la procédure a avantagé les CFF.

 

La libéralisation du rail gagne la Suisse

Soleil et nuagesSous la plume de Pierre Veya, 24 heures du 7 avril 2018 consacre un dossier à la libéralisation du rail, explosive en France et timide en Suisse. Le professeur EPFL Matthias Finger s’exprime en termes relativement durs sur la politique suisse en la matière: «En Suisse, la gouvernance fonctionne très mal. Il faut mieux définir les responsabilités des compagnies de chemin de fer, les attributions de l’Office fédéral des transports et du régulateur. J’estime que la propriété des CFF devrait être transférée au Département des finances pour plus de clarté.»

Bus grandes lignes: un défi pour le chemin de fer

Soleil et nuagesL’Office fédéral des transports a octroyé à l’entreprise Domo Swiss Express SA la concession lui permettant d’exploiter trois lignes nationales du transport par bus sur de longues distances. L’entreprise a fourni toutes les confirmations et attestations prouvant que les dispositions légales étaient respectées. Un nouveau défi attend donc les chemins de fer dont le confort et la vitesse devront clairement les démarquer du transport routier. Tous les détails dans le communiqué de presse du 19 février 2018, ainsi que dans Le Temps (20 et 21 février), 24 heures du 20 février et Le Matin Dimanche du 25 février (dessin de Chappatte, Le Temps du 20 février).

«Bus longue distance: concertation plutôt que précipitation»

Soleil et nuages«Faut-il autoriser des bus longue distance en Suisse? L’Office fédéral des transports a répondu qu’il n’y était pas opposé, à condition que les compagnies proposant ce type d’offres, destinées en premier lieu à des jeunes et des familles disposant de moyens limités et n’ayant pas peur de temps de parcours interminables, respectent certaines règles. Elles doivent obtenir une concession, s’intégrer dans le système en reconnaissant les abonnements généraux et demi-tarif, respecter le droit du travail et les temps de repos des chauffeurs, etc. L’approche est prudente, mais inévitable, car ce débat s’inscrit dans un contexte largement teinté d’idéologie.» Suite de l’éditorial et article de fond dans Le Temps du 9 novembre 2017 sous la plume de Bernard Wuthrich (photo Gaëtan Bally/Keystone).