Tolochenaz: derniers remous du trou

Grand soleilLes suggestions pour la relance de l’aménagement d’une ligne nouvelle Genève–Lausanne se multiplient dans les médias suite à l’affaissement de Tolochenaz: 24 heures du 17 novembre 2021 évoque le postulat du conseiller national Roger Nordmann et la motion du conseiller aux Etats Olivier Français, tandis que l’émission de télévision Infrarouge de la RTS du même jour, intitulée «Infrastructures: la Suisse a-t-elle raté le train?», revient sur cette problématique avec Daniel Mange comme représentant de la citrap-vaud. De leur côté, Florence Bettschart-Narbel et consorts, tous députés PLR du Grand Conseil vaudois, ont déposé une résolution en faveur de la ligne nouvelle Genève–Lausanne. Enfin, le communiqué de presse CFF du 18 novembre fait le point sur les travaux en cours et annonce que les restrictions de trafic s’étendront jusqu’au 23 novembre au moins (photo CFF), travaux détaillés dans Le Temps du 20 novembre.

Le Matin Dimanche du 21 novembre revient sur l’événement en mettant en évidence l’absence totale de réactions du côté de la Suisse alémanique.

Dans 24 heures du 25 novembre, la crise du trou de Tolochenaz est décrite en détails, heure par heure, tandis que 24 heures du 26 novembre rapporte la réaction très passive du CEO des CFF, Vincent Ducrot, lors de la conférence de presse sur la stratégie 2030 de son entreprise. Le Temps du 27 novembre consacre enfin une grande interview au même Vincent Ducrot.

Panique à Tolochenaz, réveil de la Métropole lémanique

OrageGrand soleil«La stabilité de la mobilité au sein du deuxième pôle économique du pays dépend grandement d’une seule et fragile ligne de chemin de fer. Une situation unique en Suisse entre deux grandes villes et régions. Quand cet axe central est rompu, comme ces jours, la situation devient intenable pour des dizaines de milliers de pendulaires et de voyageurs, mais aussi pour la desserte logistique. Les Cantons de Genève et Vaud jugent indispensable la réalisation d’une nouvelle ligne ferroviaire à l’horizon 2050 avec, comme première étape en 2035, la mise en service d’un tunnel à double voie entre Morges et Allaman et une gare souterraine de Genève conçue pour garantir les capacités à long terme.» Suite dans le communiqué de presse de la Métropole lémanique du 11 novembre 2021.

L’affaissement de Tolochenaz a déclenché une multitude de réactions, en particulier la présence de la citrap-vaud et de son président Tobias Imobersteg dans l’émission Forum de la RTS du 11 novembre, des réactions du CEO des CFF Vincent Ducrot dans Le Temps et dans 24 heures du 12 novembre, du président du Conseil d’Etat genevois Serge Dal Busco dans 24 heures du même jour, des réactions de l’assemblée générale OuestRail du vendredi 12 novembre dans Le Temps du 13 novembre et 24 heures du même jour, des visions futuristes du transport ferroviaire dans Le Temps de ce même 13 novembre (dessin Chappatte dans Le Temps du 13 novembre).

Deux co-auteurs du rapport historique de la citrap-vaud  Ligne ferroviaire nouvelle entre Genève et Lausanne, Sara Ibanez et Eugen Brühwiler, ont témoigné dans l’émission Forum de la RTS du 13 novembre, tandis que Le Matin Dimanche  du 14 novembre reprenait le dossier sous l’angle des diverses variantes d’une ligne nouvelle. Enfin, l’émission TTC (Toutes taxes comprises) de la RTS du 15 novembre revient sur les rapports historiques de Bonnard & Gardel (1975) et de la citrap-vaud (2014). La palme de l’humour revient définitivement à Alexis Favre pour son billet intitulé sobrement «Le trou» dans Le Temps du même jour.

Genève–Lausanne: récit d’un chaos ferroviaire

Orage«La rupture de la ligne de mardi redonne du souffle à ceux qui réclament une ligne entièrement nouvelle entre Lausanne et Genève. Les sections vaudoise et genevoise de la Communauté d’intérêts pour les transports publics du canton de Vaud (Citrap) militent pour cette solution radicale. Elles ont publié en 2014 un rapport démontrant que l’aménagement partiel d’une troisième, voire d’une quatrième voie, ne suffira pas à absorber la demande. «Quatre voies sont nécessaires sur l’ensemble du trajet entre Genève et Lausanne», affirme ce document rédigé sous l’égide de l’ingénieur Daniel Mange. Celles-ci doivent être construites le plus possible «à l’écart du tracé historique» tout en desservant les hautes écoles». Suite de l’article dans Le Temps du 11 novembre 2021 sous la plume de Bernard Wuthrich, avec d’autres compléments rédigés par Vincent Bourquin, Raphaël Jotterand, Sami Zaïbi, Camille Pagella et Céline Zünd. Autres contributions dans 24 heures du même jour sous la plume de Renaud Bournoud, Maxime Schwarb et Florent Quiquerez, avec un dessin de Bénédicte. Interview de Nuria Gorrite, présidente du Conseil d’Etat vaudois, dans le téléjournal de 19h30 de RTS1 du 10 novembre. La CITraP Genève a également publié un communiqué de presse le 10 novembre.

La ligne CFF Genève–Lausanne coupée

OrageLe trafic ferroviaire sur la ligne Lausanne–Genève reste interrompu mercredi 10 novembre 2021 à Tolochenaz, suite à un affaissement en bordure de voie. Un service de bus de remplacement circule entre Morges et Allaman. Les CFF invitent leurs clients à renoncer aux voyages sur cette ligne. Plus de détails dans le communiqué de presse des CFF.

A 15h00, ce même jour, les mesures se poursuivent (photo 1). Le diamètre et la profondeur du puits situé au nord de la voie ferrée, dans le périmètre de l’Ecole de la construction de la Fédération vaudoise des entrepreneurs, mettent en évidence l’importance de la conduite souterraine percée sous la voie ferrée et les dangers potentiels d’un tel chantier (photo 2).

Petit rappel: depuis 2014 la citrap-vaud se bat pour l’étude d’une ligne nouvelle entre Genève et Lausanne, doublant la ligne historique. Tous les détails de notre action dans la rubrique Ligne nouvelle Genève–Lausanne.

Photo 1 (de l’auteur)

Photo 2 (de l’auteur)

Aigle-Sépey-Diablerets: ligne toujours coupée par un glissement de terrain

OrageSelon les affichettes placardées dans les gares de l’ASD (Aigle-Sépey-Diablerets), l’exploitation ferroviaire est suspendue entre Exergillod et Le Sépey, sur le tronçon Aigle–Le Sépey, depuis le 30 juillet 2021. Quelques navettes subsistent entre Aigle et Exergillod, tandis que les trains Aigle–Le Sépey sont remplacés par des bus. Tous les détails de l’horaire provisoire sont visibles sur le site des Transports publics du Chablais (TPC).

Selon les déclarations d’un employé des TPC, cette interruption est due à un important glissement de terrain à la hauteur de la halte Les Fontanelles, entre Exergillod et Les Planches. Les travaux actuels se réduisent à des mesures sur le site; il est impossible de prédire à ce jour l’ampleur et la durée des travaux de correction.

La sécurité informatique du LEB épinglée

Soleil et nuages«Normes minimales en matière de sécurité informatique «pas atteintes», absence de stratégie dans le même domaine, matériel sensible facilement accessible par des tiers ou encore risque de paralysie de la ligne pour cause d’absence de détecteurs d’incendie sur les systèmes d’enclenchement et de doublement des installations de commande: commandité par le Contrôle fédéral des finances et révélé mercredi soir, l’audit de «la résilience informatique des infrastructures critiques – exigences minimales des installations de sécurité ferroviaire» égratigne durement la compagnie du Lausanne-Échallens-Bercher». Tous les détails dans 24 heures du 3 juin 2021, sous la plume de Sylvain Muller (photo Jean-Paul Guinnard).

La ligne Lausanne–Fribourg coupée

OrageVers 5h15, le vendredi 12 mars 2021, un fracas réveille les riverains de la ligne CFF Lausanne–Fribourg, à l’ouest de la gare de La Conversion: un glissement de terrain entraîne 150 m3 de matériaux sur la voie côté nord. Quelques minutes plus tard, un train de travaux se dirigeant vers Lausanne, donc circulant sur la voie sud, est stoppé net; c’est lui qui donnera l’alerte. En début d’après-midi, les travaux démarrent par l’abattage de  toutes les plantations du secteur, suivi par la mise en place de deux pelles mécaniques pour assainir la paroi. Les spécialistes sur place sont plus pessimistes que le communiqué de presse des CFF de même jour, qui promet une reprise du trafic pour le samedi 13 mars, à midi. Aux dernières nouvelles, les CFF annoncent un rétablissement de la ligne pour lundi 15 mars. Dans tous les cas, veuillez consulter l’horaire en ligne des CFF qui précise le détournement des trains grandes lignes et la mise en place de bus régionaux (photos D. Mange, citrap-vaud).

Déraillement du LEB à Echallens: bus à la place des trains

Mauvaise nouvelle pour les usagers des hauts de la ligne du Lausanne– Échallens–Bercher (LEB): le service de substitution par bus mis en service suite au déraillement d’une rame lundi 28 septembre en gare d’Échallens va durer. «Et on parle de plusieurs semaines», a précisé le responsable de la ligne au sein des TL, Olivier Bronner. Plus de détails dans 24 heures du 3 octobre 2020 sous la plume de Sylvain Muller (photo Jean-Paul Guinnard).

Accidents ferroviaires en 2019: un tour d’horizon

Soleil et nuagesLe rapport annuel 2019 du Service suisse d’enquête de sécurité (SESE) vient de paraître. Le SESE, en tant que service indépendant, apporte une contribution précieuse à la sécurité dans les transports publics, dans l’aviation et dans la navigation maritime. Dans le domaine du rail, l’accent a été mis sur les publications des rapports sur le déraillement de trains de voyageurs à Lucerne, Bâle et à la gare badoise de Bâle, ainsi que sur l’accident tragique d’un chef de train à Baden. 

Des trains plus nombreux, des portes plus sûres

Soleil et nuagesL’actualité ferroviaire se bouscule dans Le Temps du 20 août 2019. Sur la même page sont commentés:

  • la multiplication des trains de nuit austro-suisses; dopée par le débat sur le climat, la demande de déplacements en train de nuit augmente si fortement que les CFF et les Chemins de fer autrichiens ont décidé d’étendre leur collaboration.
  • Les CFF contrôlent les fermeture des portes; après le tragique accident qui a coûté la vie à un contrôleur le 4 août, l’entreprise et son patron, Andreas Meyer, sont sur la sellette; d’autres développements dans Le Temps du 24 août.