Des trains plus nombreux, des portes plus sûres

Soleil et nuagesL’actualité ferroviaire se bouscule dans Le Temps du 20 août 2019. Sur la même page sont commentés:

  • la multiplication des trains de nuit austro-suisses; dopée par le débat sur le climat, la demande de déplacements en train de nuit augmente si fortement que les CFF et les Chemins de fer autrichiens ont décidé d’étendre leur collaboration.
  • Les CFF contrôlent les fermeture des portes; après le tragique accident qui a coûté la vie à un contrôleur le 4 août, l’entreprise et son patron, Andreas Meyer, sont sur la sellette.

Menace sur les quais de gares

Soleil et nuagesTrop de voyageurs, des quais trop étroits, vidéosurveillance insuffisante: de nombreuses gares ne sont pas sûres. Une enquête de l’Office fédéral des transports a révélé que les coûts de rénovation s’élèveraient à 8,4 milliards de francs jusqu’à l’horizon 2040. On cite les cas de la gare badoise de Bâle, Bâle CFF, Morges, Neuchâtel, Nyon, Olten, Wädenswil, Zurich gare centrale et Zurich Stadelhofen. Tous les détails dans Le Matin Dimanche du 4 août 2019.

Accidents de personne: les CFF font face

Soleil et nuagesChaque année, plus d’une centaine de personnes mettent fin à leur vie en se jetant sous un train. Le 22 août dernier, à la suite d’un tel accident, doublé d’un dérangement de la ligne de contact, le trafic sur l’arc lémanique subissait des perturbations durant douze heures. Entre Villeneuve et Genève, les CFF ont décidé d’actionner le plan Offensive Qualité Clients. Sur ce trajet, quelque onze sites «délicats», à «forte densité d’événements», ont été localisés. Sur lesquels seront posées, dès le printemps prochain, des barrières allant de 1,20 à 2 mètres de hauteur. Tous les détails dans 24 heures du 11 septembre 2018, sous la plume de Laurent Antonoff (photo Christian Brun).

La problématique des accidents de personne suscite des réactions très émotionnelles, comme celles transcrites dans Le Temps du 12 septembre. Dans un blog du Temps, daté du 12 juillet 2018, une synthèse de ce thème délicat a été tentée, depuis le drame intime d’une personne jusqu’à la paralysie du système de transport.

Infrastructure CFF: ombres et lumière de la pause estivale

Soleil et nuagesDès le lundi 27 août, l’horaire habituel reprend ses droits dans toutes les régions. Ainsi, le tronçon Lausanne–Puidoux-Chexbres a été entièrement interdit à la circulation pendant sept semaines; les travaux ont pu être exécutés conformément à la planification, sans interruption, dans des délais nettement plus courts (7 semaines au lieu de 8 mois) et à un coût 20% inférieur.

Alors que les CFF se félicitent du bon déroulement de leurs multiples chantiers (voir le communiqué du 27 août 2018), les voyageurs sont plus critiques. Le double incident du mercedi 22 août (accident de personne, suivi d’un arrachage de la caténaire) a paralysé totalement l’axe Genève–Lausanne pendant plusieurs heures. Dans Le Matin Dimanche du 26 août, Ariane Dayer résume son expérience: «Cet été de travaux aura montré la fragilité du réseau ferroviaire en Suisse romande. Mais aussi celle des CFF eux-mêmes. On peine à croire qu’au XXIe siècle, dans un pays aussi riche, pour un réseau qui applique des tarifs aussi costauds, il soit si difficile de remplacer les trains par des bus. Que Lausanne puisse être coupée de Genève pendant tant d’heures… À force de marketing et de désir d’être compris, les CFF ont oublié un léger détail: quand on monte dans un train, c’est pour arriver quelque part.» Une intéressante suggestion est enfin proposée par une lettre de lecteur, parue dans 24 heures du 29 août, pour faire face aux enjeux des naufragés du rail.

Chantier de La Conversion sur l’axe Lausanne-Puidoux, état au 8 août 2018 (photo D. Mange).

Lucerne et Bâle: deux déraillements, une cause

Soleil et nuagesEn raison des similitudes entre les déraillements de Lucerne (22 mars 2017) et de Bâle (29 novembre 2017), les CFF procéderont d’ici fin mars 2018 au remplacement des appareils de calage des lames d’aiguilles concernés et prévoient de remplacer les aiguilles complètes d’ici la fin 2019. Tous les détails de l’enquête dans le communiqué de presse CFF du 1 février 2018 et dans Le Temps du 2 février, sous la plume de Bernard Wuthrich.

Espoir pour l’artère coupée Karlsruhe–Bâle

Soleil et nuagesDepuis le 12 août 2017, l’artère ferroviaire Karlsruhe–Bâle est coupée à la hauteur de Rastatt suite à un affaissement de la voie. Cet événement, crucial pour le trafic voyageurs et marchandises entre le nord et le sud de l’Europe, a pratiquement été occulté en Suisse romande; à notre connaissance du moins, seul le quotidien Le Matin en a fait état dans son édition du 22 septembre 2017, tout en annonçant la réouverture de l’axe en question pour le 2 octobre. Paradoxe: l’effondrement de la voie a été entraîné par le percement du tunnel de la ligne nouvelle qui doit, à terme, doubler le tracé historique! (photo Keystone). Lire aussi le commentaire d’economiesuisse du 22 septembre 2017 sous la plume de Kurt Lanz, ainsi que la prise de position de l’Office fédéral des transports (OFT) dans le No 54 de sa lettre électronique OFT Actualités (octobre 2017).

LEB : feu vert du Conseil d’Etat au tunnel sous l’avenue d’Echallens à Lausanne et à la transformation du LEB en véritable RER

Grand soleilDans un récent communiqué de presse, le Conseil d’Etat a annoncé sa prochaine demande au Grand Conseil d’un crédit d’environ 46 millions de francs pour la construction d’un tunnel à l’ouest de Lausanne sur la ligne du LEB (Lausanne – Echallens – Bercher), avec l’espoir de début des travaux en 2018 et de mise en service en 2020.
Le nouveau tracé ferroviaire de 1,7 km de long permettra
・ de résoudre les problèmes de sécurité posés par la cohabitation entre piétons, automobilistes et trains sur cet important axe urbain;
・ de faire du LEB un véritable RER.

Pour plus de détails, voir l’article écrit par Sylvain Muller dans 24 heures des 11 et 12 mars 2017 ou une présentation officielle  du projet.

Ligne Lausanne–Vevey: trafic perturbé plusieurs jours

Orage«Un affaissement de terrain sur la ligne Lausanne-Vevey engendre des travaux. Des bus de substitution mis en place. Quelque 100 mètres carrés de terre se sont dérobés, en bordure des voies CFF, dimanche vers 22h30 à hauteur du chemin de Chandieu 35 à Lausanne. Un affaissement d’environ 10 mètres de long qui a notamment entraîné la chute d’un mur antibruit avant que la terre ne s’immobilise contre un immeuble d’habitation en contrebas». Tous les détails et conséquences de cet accident dans 24 heures du 21 février 2017, sous la plume de R.H. (infographie de P.FY). 24h21.2.17

LEB et métro m2: épidémie de pannes

OrageAprès l’épidémie de grippe touchant la population, c’est une épidémie de pannes qui s’est abattue sur deux fleurons des transports publics lausannois: le Lausanne–Echallens–Bercher (LEB) et le métro Ouchy–Croisettes (m2). Sylvain Muller, dans 24 heures du 11 janvier 2017, décrit les perturbations du LEB et énumère les chantiers qui, dès 2017, devraient y remédier; Laurent Antonoff, dans 24 heures du 12 janvier, analyse la panne la plus longue du métro m2, qui paralyse le tronçon Ouchy–Gare CFF.

Ce dernier article (signé S.MR) se conclut par l’observation suivante. «Fournisseur d’une partie du matériel lié aux pannes «récurrentes et aléatoires» paralysant le bas de la ligne du M2 – et dont la cause n’a toujours pas été déterminée -, la société française Alstom est également celle ayant livré le système de sécurité installé en août 2013 sur le bas de la ligne du Lausanne-Echallens-Bercher (entre Cheseaux et le Flon). Une installation qui a coûté 14 millions de francs mais qui, trois ans plus tard, ne fonctionne toujours pas à satisfaction… Le responsable LEB à la direction des TL constate que la distance géographique entre le fournisseur et les utilisateurs ne facilite pas le suivi.» Une conclusion à méditer pour le choix des entreprises appelées à la réalisation de futurs chantiers… (photo Patrick Martin).

24h11.1.17

Accident de Daillens: un essieu défectueux coûte 10 millions

OrageQuatre wagons renversés; 25 tonnes d’acide sulfurique et trois tonnes de soude caustique échappées des citernes: l’accident ferroviaire de Daillens, le 25 avril 2015 à 2h54, a marqué les esprits. Le rapport final du Service suisse d’enquête et de sécurité (SESE), publié le 3 octobre 2016, confirme la cause du drame: la perte de la boîte d’essieu avant-gauche du vingtième wagon, contenant la soude caustique, sur les vingt-deux qui composaient le convoi. Plus de détails dans 24 heures du 4 octobre 2016, sous la plume de Philippe Maspoli (photo SESE).

RapportDaillens25.4.15