Vols bon marché, l’envers du bonheur

Soleil et nuages«L’avion, le train ou la voiture? Que choisir avant de faire ses valises? De plus en plus souvent, l’avion prend le dessus, notamment en raison des prix imbattables qui sont proposés. Les conséquences sont connues. La très forte croissance du trafic aérien contribue fortement à réchauffer le climat. Les autres modes de transport font-ils mieux? Et dans quelle mesure?» Le dossier de 24 heures du 5 janvier 2019 est consacré à la comparaison de ces divers modes de transport sur le plan de la production du gaz à effet de serre. On y traite notamment de la disparition des trains de nuit et des limitations du train à grande vitesse face aux vols à bon marché (graphique G. Laplace).

3 réflexions sur « Vols bon marché, l’envers du bonheur »

  1. J’étais aujourd’hui dans un train du MOB pleins de vacanciers sur le chemin du retour. Notamment un couple d’un certain âge, parlant italien, deux grosses valises chacun. Alors qu’à Montreux était annoncé l’Eurocity pour Milan, ils sont montés dans le train pour Genève…
    Bon, je ne suis pas devin, peut-être allaient-ils tout ailleurs… Mais imaginons qu’ils allaient à Milan, et qu’ils aient cru que “l’avion c’est plus confortable”…
    Rapidité: 1 heure de train jusqu’à l’aéroport, alors qu’en 2 heures ils auraient été à Milan.
    Confort: plus d’avion, mais pas moins de train…
    Prix: c’est sur le parcours suisse que le train est cher pour les italiens. Montreux – Genève ne doit pas être beaucoup moins cher que Montreux – frontière du Simplon.

  2. La carte de 2017 est fausse, les trains de nuit continuent par passer via Limoges même si la gare n’est pas desservie.

  3. Rectificatifs: le train de nuit La Tour de Carol-Perpignan-Toulouse-Paris-Austerlitz passe les week-ends par le centre, via Brive et Limoges (gares non desservies) et par Bordeaux la semaine.
    Le train de nuit Rodez-Paris-Austerlitz passe tous les jours par le centre (via Brive et Limoges non desservies): en semaine raccroché par le premier intercité de Brive à Paris à l’aller, et par le dernier intercité au retour de Paris; les week-ends il se raccroche à la rame de Toulouse. Donc acte.

    Jacques MONTAL, cheminot jeune retraité.

Répondre à Guillaume Bertrand Annuler la réponse.