La ligne du Tonkin renaît

Grand soleilLes 17,8 km entre Evian et Saint-Gingolph, baptisés «ligne du Tonkin», ont vu le trafic fret disparaître en 1988, laissant la place à une épisodique circulation touristique jusqu’en 1998, puis aux herbes et aux buissons. Le chef du Service de la mobilité du canton du Valais, Vincent Pélissier, a confié que «les avancées sur ce dossier sont significatives». Il confirme que «la consultation publique aura lieu fin 2022». Après publication de la déclaration d’utilité publique et si tout se passe bien, c’est-à-dire si les financements sont trouvés, les travaux commenceraient en 2026 pour une inauguration deux ans plus tard, en 2028, soit trente ans après le passage du dernier train touristique. Tous les détails sur raildusud.canalblog du 7 janvier 2022.

Rame de la ligne L1 du Léman Express à son terminus d’Evian (photo remonteesCC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons).

Pas encore membre de la citrap-vaud? Vous pouvez adhérer illico en cliquant ici! Bravo et merci pour votre demande d’adhésion. 

 

4 réflexions sur « La ligne du Tonkin renaît »

  1. Même si elle fait quelques km de moins pour Genève-Saint-Maurice, il ne faut pas oublier que cette ligne est sinueuse, à basse vitesse et à voie unique avec croisements. De plus, le trafic fret sera interdit sur la section Evian-Saint-Gingolph, condition pour que les riverains ne s’opposent pas à la reconstruction de la ligne.

    Elle ne sera donc jamais un itinéraire principal entre Genève et le Valais, mais elle sera un bon itinéraire de secours.

  2. Il ne manque plus que la création de la voie ferrée entre Rennaz/Roche et Les Évouettes pour finaliser la boucle lémanique ! J’espère que la citrap-vaud est sur le coup !

Laisser un commentaire