Du nouveau sur les rails du Jura, entre Vallorbe, Frasne et Pontarlier

Grand soleilLe Comité de développement de la desserte Lausanne-Paris, via Vallorbe et le Jura, s’est réuni le 25 novembre 2019. La Région Bourgogne-Franche-Comté, le Canton de Vaud, la Société nationale des chemins de fer français (SNCF), les Chemins de fer fédéraux (CFF) et Lyria ont formalisé dans une convention leur volonté de travailler ensemble pour développer le trafic de la ligne sur les dessertes du Jura. En marge de cet accord, la Région et le Canton annoncent le doublement des trains pour les travailleurs frontaliers à destination et au départ de Vallorbe dès le 16 décembre. Plus de détails dans le communiqué de presse du 25 novembre et dans 24 heures du 26 novembre (photo de Yvain Genevay).

4 réflexions sur « Du nouveau sur les rails du Jura, entre Vallorbe, Frasne et Pontarlier »

  1. Ne crachons pas dans la soupe : cette information est globalement une bonne nouvelle !

    Mais que de questions restent en suspens…
    Il y a une centaine d’années, le tunnel du Mont-d’Or a été creusé pour éviter le détour par Pontarlier entre Lausanne et Paris. Mais utiliser ce tunnel pour relier Pontarlier à Vallorbe, c’est une absurdité. Il existe un tracé direct, il faut le reconstruire !

    Et pour les frontaliers travaillant au Val-de-Travers, que fait-on? Pourquoi aucun train de voyageurs ne dessert-il la gare des Verrières ?

    Et si la ligne Lausanne-Vallorbe-Frasne-Dole est le plus court chemin par le rail entre Paris et Milan, rappelons que le plus court chemin par le rail entre Paris et Berne passe par Pontarlier et les Verrières !

    Pourquoi le canton de Neuchâtel n’était-il pas représenté à ces discussions ?

    • Je te rejoins parfaitement François ! Mais avant de réactiver les tronçons franco-suisses, ce qui créera tout plein de problèmes administro-technico-juridico-bureaucratiques, commençons par réactiver les tronçons entièrement suisses, ce qui est déjà extrêmement délicat (je pense à Vevey-Châtel).

      Et à réactiver un intérêt pour le chemin de fer (autre que historique) dans une France profondément pro-bagnole et ravagée par le centralisme.

      • Peut-être en effet sera-t-il plus facile de reconstruire St-Légier – Châtel-St-Denis que Pontarlier – Jougne – Vallorbe. Quoique…?
        Mais la ligne Pontarlier – Les Verrières – Travers – Neuchâtel existe : il suffit de remettre des trains dessus !

  2. Oui ça semble une bonne nouvelle, mais j’attends de découvrir les horaires consécutifs à ces décisions et ne suis pas encore satisfaite. Si je ne m’abuse, malgré tout il sera encore impossible de faire le trajet entre Lausanne et Dijon après 16h23. Pourquoi ne pas avoir gardé un train plus tard le soir !!!, 16h23, c’est pour quelle clientèle exactement ? En semaine la journée de travail n’est pas terminée et le dimanche le weekend s’interrompt à 16 h ! Je suis furieuse car il n’y a pas d’alternative.

Laisser un commentaire