«Bus longue distance: concertation plutôt que précipitation»

Soleil et nuages«Faut-il autoriser des bus longue distance en Suisse? L’Office fédéral des transports a répondu qu’il n’y était pas opposé, à condition que les compagnies proposant ce type d’offres, destinées en premier lieu à des jeunes et des familles disposant de moyens limités et n’ayant pas peur de temps de parcours interminables, respectent certaines règles. Elles doivent obtenir une concession, s’intégrer dans le système en reconnaissant les abonnements généraux et demi-tarif, respecter le droit du travail et les temps de repos des chauffeurs, etc. L’approche est prudente, mais inévitable, car ce débat s’inscrit dans un contexte largement teinté d’idéologie.» Suite de l’éditorial et article de fond dans Le Temps du 9 novembre 2017 sous la plume de Bernard Wuthrich (photo Gaëtan Bally/Keystone).

Une réflexion au sujet de « «Bus longue distance: concertation plutôt que précipitation» »

  1. En tant que Conseiller communal de la ville de Lausanne, ma réponse à l’exploitation en Suisse de bus intercités est NON.
    Voici la question orale que j’ai posée à ce propos au Conseil communal du mardi 31 octobre 2017:

    Le vendredi 20 octobre dernier, la presse nous a appris que désormais “l’autocar court après le train” . In imitant le néo-libéral Emmanuel Macron, alors Ministre de l’économie, le Conseil fédéral a donc décidé d’ouvrir aux compagnies de bus le transport des passagers assuré par le train entre les grandes villes du pays. Sans compter la concurrence déloyale pour les chemins de fer qui ont la charge de tous les coûts de leur infrastructure, sans compter les conséquences écologiques de ce nouveau trafic fondé sur la consommation d’hydrocarbures, sans compter la surcharge de trafic représentée sur un réseau autoroutier souvent débordé, qu’en est-il de la circulation de ces bus dans les villes concernées? seront-ils autorisés à écrémer les clients des chemins de fer auprès des gares tout en créant de nouveaux embouteillages?

    La réponse de la Municipalité s’est résumée en un ferme NON

Laisser un commentaire